Réunion forum colloque feminisme mlhouse 2018 sabrina debusquat

Forum de la femme | Mulhouse, 24 novembre

Le samedi et dimanche 24 et 25 novembre 2018 se tient à Mulhouse un forum exceptionnel qui rassemble de nombreux invités de prestige autour de thématiques touchant au féminin, à la femme et la condition féminine. Sabrina Debusquat y participera samedi 24 novembre à 15h30.

Programme provisoire :

Samedi 24 novembre : 15h30 – 17h : AVANCEES ET PARADOXES DE LA CONDITION FEMININE DANS LE MONDE

Droit à l’avortement et à la contraception, accès à l’éducation, contraintes ou libertés vestimentaires, égalité dans le travail, indépendance financière, sociale et démocratique … Le combat pour la condition féminine à travers le monde et les défis communs et particuliers sont-ils sujets à progression ou régression ?

Avec :

– Sabrina DEBUSQUAT, journaliste indépendante et animatrice à Radio France, spécialiste des sujets de santé et d’écologie, engagée dans la lutte contre les violences gynécologiques, pour « J’arrête la pilule » (Editions Les Liens qui Libèrent)

– Xavière GAUTHIER, journaliste, universitaire et éditrice très engagée notamment sur les problématiques de l’avortement, pour « Avortées clandestines » (Editions Mauconduit)

– Yannick RIPA, historienne et professeure à l’Université de Paris VIII, pour « Femmes d’exception » (Editions Cavalier Bleu)

– Florence ROCHEFORT, historienne des femmes, chercheuse au CNRS, co-directrice de la revue CLIO Femmes, Genre, Histoire, pour « Histoire mondiale des féminismes » (Editions PUF)

féminisme pilule

Programmation complète :

« LA FEMME, LE FEMININ, LA CONDITION FEMININE », MULHOUSE / SAMEDI 24 NOVEMBRE ET DIMANCHE 25 NOVEMBRE 2018

SAMEDI 24 NOVEMBRE

Salle n°1
10h30 – 12h30 : L’HISTOIRE DES FEMMES Les femmes ont-elles enfin une Histoire ? D’une Histoire sans les femmes naguère, à une Histoire du monde sexuée aujourd’hui : passage en revue des figures, mouvements et revendications ayant rendu leur juste place aux femmes.

Avec :
– Séverine AUFFRET, professeure agrégée de philosophie, pour « Une histoire du féminisme de l’Antiquité grecque à nos jours » (Editions de l’Observatoire)
– Marie-Jo BONNET, docteure en Histoire spécialisée dans l’Histoire des femmes et l’Histoire de l’Art, militante au MLF dans les années 1970, pour « Mon MLF » (Editions Albin Michel)
– Claudine MONTEIL, historienne et ancienne diplomate, proche de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, également spécialiste des parcours de Ève Curie et Oona Chaplin, élue en juin dernier secrétaire générale de la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes qui regroupe 70 associations françaises et l’amène à se rendre régulièrement à Bruxelles défendre les droits des femmes, pour « Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui » (Editions Odile Jacob)
– Yannick RIPA, historienne et professeure à l’Université de Paris VIII, pour « Femmes d’exception » (Editions Cavalier Bleu)

————13h – 14h30 : SIMONE DE BEAUVOIR, BENOÎTE GROULT, TONI MORRISON … LES FIGURES EMBLEMATIQUES DU FEMINISME.
Dans quelle mesure les figures tutélaires de la lutte pour l’égalité des sexes ont-elles influé sur les mentalités de leurs époques et les avancées sociales rencontrées depuis ?

Avec :
– Blandine DE CAUNES, Journaliste et écrivaine, fille de Georges de Caunes et Benoîte Groult dont elle assure désormais l’héritage littéraire, pour la préface de « Journal d’Irlande » de Benoîte Groult (Editions Grasset)
– Christine LAFERRIÈRE, traductrice en langue française des oeuvres de Toni Morrison parues aux éditions Bourgois
– Claudine MONTEIL, historienne et ancienne diplomate, proche de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, également spécialiste des parcours de Ève Curie et Oona Chaplin, élue en juin dernier secrétaire générale de la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes qui regroupe 70 associations françaises et l’amène à se rendre régulièrement à Bruxelles défendre les droits des femmes, pour
« Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui » (Editions Odile Jacob)

————14h30 – 16h : LA REPRESENTATION DES FEMMES DANS L’ART
Les artistes du XXème siècle ont bousculé les codes de représentation du corps féminin. Disloqué, géométrisé, déformé … Qu’est-il devenu aujourd’hui et qu’a t-il été hier ? Comment ce corps est-il traité, représenté, perçu ?

Avec :
– Marie-Jo BONNET, docteure en Histoire spécialisée dans l’Histoire des femmes et l’Histoire de l’Art, militante au MLF dans les années 1970, pour « Mon MLF » (Editions Albin Michel)
– Valérie DE MAULMIN, journaliste spécialisée en art moderne et contemporain, collaboratrice au journal « Le Monde » et au « Journal des Arts », pour « Les Pionnières » (Editions Somogy)
– Barbara POLLA, médecin, galeriste et engagée politiquement en Suisse, sensible aux thématiques concernant la prison et la condition féminine, pour « Femmes hors-normes » (Editions Odile Jacob)
– Audrey PULVAR, ancienne journaliste et animatrice de télévision, désormais présidente de la Fondation pour la nature et l’Homme, engagée contre toutes formes de discriminations, pour « La Femme » (Editions Flammarion)

Réunion forum colloque feminisme mlhouse 2018 sabrina debusquat

———— 16h15 – 18h : HÔPITAUX, POLICE … LE QUOTIDIEN DES FEMMES AU TRAVAIL
Des inégalités salariales aux violences sexuelles, en passant par les charges de travail et l’investissement émotionnel, quelle est la place des femmes dans le travail et son quotidien ?

Avec :
– Sabrina ALI BENALI, Interne en médecine, qui a fait de la lutte contre le manque de moyens des hôpitaux son cheval de bataille, pour « La révolte d’une interne » (Editions Le Cherche Midi)
– Agnès NAUDIN, capitaine de police dans une brigade territoriale de la protection de la famille, confrontée au quotidien de « femme flic », pour « Affaires de famille » (Editions Le Cherche Midi)

——————————————————————————————————
Salle n°2
11h30 – 13h : AGRESSIONS, HARCELEMENT, VIOLS, COUPS, MUTILATIONS : DES VIOLENCES INVISIBLES ?
Les violences sexuelles laissent des séquelles psychologiques – et parfois physiques – indélébiles chez celles (et ceux!) qui en sont victimes. Autrefois tolérés, ces actes devenus moralement intolérables sont-ils pour autant considérés à leur juste mesure par la société ?

Avec :
– FLAVIE FLAMENT, animatrice de télévision et de radio, qui fut l’une des premières, avant même le déclenchement du scandale Weinstein, à briser le silence en évoquant le crime sexuel dont elle fut victime et qui milite depuis pour l’allongement de leur délai de prescription ; pour « La Consolation » (Editions JC Lattès/Le Livre de Poche)

————13h30 – 15h : MOUVEMENT DE LIBERATION DES FEMMES, PSYCHANALYSE ET POLITIQUE, 50 ANS DE LIBERATION DES FEMMES
Il y a cinquante ans naissait en France le MLF, ouvrant une nouvelle ère historique où les femmes existent et l’affirment. Cet ouvrage en deux volumes, initié par Antoinette Fouque, éclaire les enjeux internes et externes au Mouvement, ainsi que les premières luttes pour l’égalité. Quel héritage l’énergie vibrante de ces pionnières est-il susceptible de transmettre aux jeunes générations ?

Avec :
– Sylvina BOISSONNAS, mécène et réalisatrice, elle collabore aux éditions Des Femmes qu’elle finance dès leur lancement en collaboration avec Antoinette Fouque et une partie du MLF, pour « MLF, psychanalyse et politique, 50 ans de libération des femmes / Volume 1 & 2 » (Editions Des Femmes)

————15h30 – 17h : AVANCEES ET PARADOXES DE LA CONDITION FEMININE DANS LE MONDE
Droit à l’avortement et à la contraception, accès à l’éducation, contraintes ou libertés vestimentaires, égalité dans le travail, indépendance financière, sociale et démocratique … Le combat pour la condition féminine à travers le monde et les défis communs et particuliers sont-ils sujets à progression ou régression ?

Avec :
– Sabrina DEBUSQUAT, journaliste indépendante et animatrice à Radio France, spécialiste des sujets de santé et d’écologie, engagée dans la lutte contre les violences gynécologiques, pour « J’arrête la pilule » (Editions Les Liens qui Libèrent)
– Xavière GAUTHIER, journaliste, universitaire et éditrice très engagée notamment sur les problématiques de l’avortement, pour « Avortées clandestines » (Editions Mauconduit)
– Yannick RIPA, historienne et professeure à l’Université de Paris VIII, pour « Femmes d’exception » (Editions Cavalier Bleu)
– Florence ROCHEFORT, historienne des femmes, chercheuse au CNRS, co-directrice de la revue CLIO Femmes, Genre, Histoire, pour « Histoire mondiale des féminismes » (Editions PUF)

————
DIMANCHE 25 NOVEMBRE

Salle n°1
10h – 11h30 : UN FEMINISME OU DES FEMINISMES ?
Le développement des mouvements #MeToo et #balancetonporc a fait éclater au grand jour les dissensions du militantisme féministe. Les différents courants qui s’opposent et les divisions qui en découlent sont-ils un frein à la lutte ?

Avec :
– Séverine AUFFRET, professeure agrégée de philosophie, pour « Une histoire du féminisme de l’Antiquité grecque à nos jours » (Editions de l’Observatoire)
– Aurélie FILIPPETTI, ancienne Ministre de la Culture désormais retirée de la vie politique, qui sort en cette rentrée un roman qui traite de la place des femmes au coeur de la politique française, dans lequel elle mêle la fiction et son expérience personnelle de députée et de Ministre, pour « Les Idéaux » (Editions Fayard)
– Annette LEVY-WILLARD, ancienne diplomate et grand reporter à Libération, spécialiste des Etats-Unis, pour « Chroniques d’une onde de choc – #Metoo secoue la planète » (Editions L’Observatoire)
– Florence MONTREYNAUD, ancienne militante au MLF, au planning familial et fondatrice des Chiennes de Garde, pour « Chaque matin, je me lève pour changer le monde » (Editions Eyrolles)

Réunion forum colloque feminisme mlhouse 2018 sabrina debusquat
———— 11h45 – 13h15 : PORNOGRAPHIE, PROSTITUTION ET FEMINISME Généralement admis comme instruments du patriarcat et symboles de la domination masculine, peut-on pour autant soutenir le cinéma pornographique et et être favorable à la prostitution quand on est féministe ?

Avec :
– David COURBET, journaliste, pour « Féminisme et pornographie » (Editions La Musardine)
– Florence MONTREYNAUD, ancienne militante au MLF, au planning familial et fondatrice des Chiennes de Garde, pour « Zéromacho – des hommes disent non à la prostitution » (M Editions)

———— 13h30 – 14h45 : LA CREATION COMME FORCE D’EMANCIPATION Individuellement ou ensemble, dans la lumière mais plus souvent dans l’ombre, les femmes ont marqué leur temps, ouvert des voies nouvelles et bouleversé les sociétés auxquelles elles appartenaient à travers la création, dans son sens le plus vaste. Comédiennes, scientifiques, artisanes, sportives, femmes politiques, comment la création s’impose-t-elle comme un levier d’émancipation pour les  femmes ?

Avec :
– Carole ECOFFET, chargée de recherches au CNRS et à l’Institut de sciences des Matériaux de Mulhouse, pour sa collaboration au « Dictionnaire universel des créatrices » (Editions Des Femmes – Antoinette Fouque)
– Mathilda MAY, actrice star dans les années 80, retombée dans un relatif anonymat avant de s’épanouir à nouveau dans l’écriture et l’interprétation de pièces de théâtre à succès, elle évoque – entre autres – dans ce livre le traitement réservé aux femmes dans les milieux artistiques à travers son expérience personnelle, pour « V.O. » (Editions Plon)
– Yannick RIPA, historienne et professeure à l’Université de Paris VIII, pour « Femmes d’exception » (Editions Cavalier Bleu) et sa collaboration au « Dictionnaire universel des créatrices » (Editions Des Femmes – Antoinette Fouque)
– Marianne VIC, nièce d’Yves Saint-Laurent qui décrit évoque dans ce livre les tragédies familiales du couturier, mais aussi les coulisses dévastatrices de l’univers de la mode sur les femmes, pour « Rien de ce qui est humain n’est honteux » (Editions Fayard)

————15h – 17h : POUVOIR, MEDIAS, CULTURE, LA FIN DU MÂLE DOMINANT ?
De la speakerine d’antan à la Miss météo d’aujourd’hui, les femmes – dans les médias comme ailleurs – ont constamment été réduites à des stéréotypes peu reluisants. À ces éternels clichés, il faut ajouter des plafonds de verre et l’absence de femmes aux postes hiérarchiques les plus élevés. Face aux révolutions en cours, le verrou des sphères politiques, médiatiques et culturelles peut-il sauter pour une meilleure représentativité et une meilleure représentation des femmes ?

Avec :
– Aurélie FILIPPETTI, ancienne Ministre de la Culture désormais retirée de la vie politique, qui sort en cette rentrée un roman qui traite de la place des femmes au coeur de la politique française, dans lequel elle mêle la fiction et son expérience personnelle de députée et de Ministre, pour « Les Idéaux » (Editions Fayard)
– Annette LEVY-WILLARD, ancienne diplomate et grand reporter à Libération, spécialiste des Etats-Unis, pour « Chroniques d’une onde de choc – #Metoo secoue la planète » (Editions L’Observatoire)
– Mathilda MAY, actrice star dans les années 80, retombée dans un relatif anonymat avant de s’épanouir à nouveau dans l’écriture et l’interprétation de pièces de théâtre à succès, elle évoque – entre autres – dans ce livre le traitement réservé aux femmes dans les milieux artistiques à travers son expérience personnelle, pour « V.O. » (Editions Plon)
– Marianne VIC, nièce d’Yves Saint-Laurent qui décrit évoque dans ce livre les tragédies familiales du couturier, mais aussi les coulisses dévastatrices de la mode sur les femmes, pour « Rien de ce qui est humain n’est honteux » (Editions Fayard)

Salle n°2
13h – 14h30 : LE CORPS DES FEMMES
Les hommes auraient-ils tout à perdre de la domination masculine sur le corps des femmes et tout à gagner de la déconstruction des assignations sexuées qui pèsent sur eux comme sur les femmes ?

Avec :
– Chantal CHAWAF, historienne et écrivaine évoquant notamment les thèmes de la relation mère-fille, du couple et du corps, pour l’ensemble de son oeuvre éditée entre autres aux Editions Des Femmes – Antoinette Fouque
– Olivia GAZALÉ, enseignante en philosophie, pour « Le mythe de la virilité » (Editions Robert Laffont)
– Barbara POLLA, médecin, galeriste et engagée politiquement en Suisse, sensible aux thématiques concernant la prison et la condition féminine, pour « Femmes hors-normes » (Editions Odile Jacob)

————14h45 – 16h15 : LE FEMINISME FACE À LA RELIGION ET AUX DISCRIMINATIONS
Aberration pour certains, le lien entre foi et féminisme est une évidence pour d’autres. Entre convictions émancipatrices et représentations misogynes attachées aux traditions et aux interprétations, comment concilier piété et féminité ? De même, être femme noire reste une assignation sociale et professionnelle. Au carrefour du racisme, le sexisme est-il la matrice de toutes les inégalités ?

Avec :
– Malika HAMIDI, sociologue diplômée de l’EHESS, pour « Un féminisme musulman, et pourquoi pas ? » (Editions de l’Aube)

————16h30 – 18h : LANGAGE & LITTERATURE : LA LANGUE FRANÇAISE EST-ELLE MISOGYNE ?
On dit rarement d’un homme qu’il est « hystérique », et d’aucuns diraient que c’est normal puisque l’adjectif a la même racine que le mot « utérus ». Mis au féminin, les mots « entraîneur » ou « professionnel » deviennent des synonymes de « prostituée ». Et l’écriture inclusive laisse de nombreux sceptiques quant à sa légitimité. La langue française, jusque dans la littérature, est-elle un outil de domination ?

Avec :
– Robert KOPP, écrivain et éditeur suisse, professeur de littérature française à l’Université de Bâle, qui avait notamment publié un article consacré à la misogynie dans la littérature française dans « La Revue des deux mondes » en avril 2018
– Florence MONTREYNAUD, ancienne militante au MLF, au planning familial et fondatrice des Chiennes de Garde, pour « Le roi des çons – quand la langue française fait mal aux femmes » (Editions Robert)
– UNE DES AUTRICES du manuel pédagogique « Des femmes en littérature : 100 écrivaines à étudier en classe » (Co-éditions Belin/Des Femmes – Antoinette Fouque)

Pour en savoir plus sur la pilule, son histoire, son impact sur la santé et l’environnement, lisez J’arrête la pilule.